Le Club
+ Contacts
+ Le circuit
+ Les records
+ Présentation
+ Revue presse
Saison 2017
Courses AMCA Entretiens Inscriptions
Facebook
Archives / Résultats

titre.jpg 

 

Vendredi

Gros déplacements, gros moyens :

Jean-Lo part  avec Laurent, Thomas et Raoul, avec la 307.

Thomas part avec Eric et moi, dans la 206 SW à la maman à Thom (blindée la 206…)

Les deux Mick feront le trajet avec leurs papas respectifs.

Joël arrivera le vendredi dans la soirée avec le camping-car et sa pilote de trophée Andros wink

Nous arrivons sur la piste après 4 heures de trajet où nous avons retrouvés Jean-Lo et ses occupants sur l’autoroute, pour une bonne bataille de liquide lave-glace.

 

Premier constat : c’est mouillé, limite piscine…

On s’installe sous une tente pour pouvoir être tous ensemble car les stands en dur sont blindés : 140 pilotes à loger, ça fait du monde.

Malheureusement, la terre s’est vite transformée en piscine, et on a pataugé dans la gadoue toute l’après-midi.

Durant cette après-midi, nous avons eu le droit à la pluie, la neige et la grêle, et à un froid glacial…

Personne n’a posé le châssis sur la piste, et tout le monde s’est afféré à préparer son châssis pour le samedi.

Le parking qui était en herbe s’est transformé en bourbier gigantesque, et il a fallu pousser pas mal de voiture pour les faire sortir. La 307 en fera les frais avec un joli crépi gratuit :-/

 

Retour rapide à l’hôtel de bonne heure pour se mettre au chaud et boire quelques bières.

Nous logeons à quelques kilomètres du circuit avec les deux collègues d’Eric (Jean-Mich et Pierrot)

On en profite pour tailler des pneus et préparer des caps pour le lendemain au cas ou le temps ne s’améliore pas.

 

Le moral des troupes est bon, l’ambiance est excellente !

Un petit resto le soir pour ravitailler et hop au lit !

 

Samedi : Qualifs

On arrive à 7h30  au circuit.

La piste est encore trempée,  le ciel est menaçant, et quelques averses de pluie fines viendront remouiller la piste.

La piste restera mouillée ou très humide.

 

Heureusement, le président d’Evry nous permet de récupérer des planches et des bâches pour couvrir la boue dans notre stand. Un gros confort pour nos pieds qui resteront enfin secs.

Petit déj rapide au club-house et début des hostilités.

 

Les essais contrôlés se feront sans nous. Trop d’eau sur la piste.

 

Les manches de qualif se dérouleront sur une piste changeante en permanence.

Pas facile de rouler dans ces conditions. Dur de trouver un bon set up, et impossible de s’habituer à la piste ou de trouver les bonnes trajectoires.

Quand la piste commence à sécher, elle sèche seulement à quelques endroits et on se retrouve avec des portions sèches, des portions mouillées, et des portions très glissantes à cause de l’huile qui remonte du goudron.

 

La première qualif se fera sur le mouillé à séchant selon les qualifs.

La seconde pareille, et la troisième sur le mouillé.

 

A ce petit jeu, nos pilotes promo s’en sortiront le mieux. Thomas prends la pole le temps de la première qualif devant Jean-Lo, mais Jean-Lo n’a pas dit son dernier mot et la reprends  dans la deuxième manche, reléguant Thomas la cinquième place, sur une piste humide. La piste étant mouillée sur la troisième, ça n’améliorera pas.

 

En B (national), Laurent ne put faire qu’une qualif potable sur l’humide, suite à un cardan baladeur et à des soucis de radio. Il se retrouvera en fond de classement.

Joël n’aura pas une seule qualif sur le séchant. Une averse au début de sa deuxième manche remouillant la piste nous obligera à le faire partir en aqua avec un changement de pneus éclair juste avant le départ. Suite à cette averse, il a été décidé de faire recourir sa série dès que la piste sera moins mouillée, car les autres Open B ont eu une piste séchante par la suite et les performances étaient très disparates par rapport à sa série. Malheureusement, le temps ne lui permettra pas d’améliorer, la pluie restant capricieuse… Il finira à la 39ème place.

Pour ma part, 3ème à la fin de la première manche sur le mouillé (content JP), je passe légèrement à coté de la deuxième qualif sur le séchant et me retrouve à la 12 eme place (très bien mais quand même à deux tours du pole man, qui a fait sa pole sur une piste quasi sèche). Je ne prends pas le départ de la troisième car la piste est détrempée et que je n’améliorerai pas.

 

En A (élite), les choses furent très compliquées.

Il y avait 4 séries de qualifs. Sur la première manche, la piste changera complètement entre la première série et la quatrième série, la piste séchant à vue d’œil, et les chronos étant incomparables. A la deuxième manche, les deux premières séries rouleront sur du séchant, puis une averse viendra mouiller la piste de nouveau. Eric en profitera pour nous faire un show sur la deuxième (il n’avait pas pu rouler la première correctement, suite à un crash-test des jantes MS sur la bordure des stands dans la première manche (bordure 1, MS 0), pilotage façon Vatanen !

La direction de course et la commission des pilotes décideront alors de ne comptabiliser que la troisième manche, où tous les Open A rouleront sur une piste mouillée.

Le but du jeu était donc de ne pas partir à la faute.

A ce jeu, Tom-tom (Eytard) fut le plus rapide et terminera à la 10ème place, Mick Derderian a la 12ème, Eric à la 16ème et enfin Mickael Pontal à la 23ème.

 

On a donc Jean-lo en finale promo directe, les 2 Thom, JP, Mick Derderian et Eric en ½, Mick Pontal en ¼, Joël en 1/8ème, Laurent en 1/32ème.

Grosse et dure journée pour tout le monde donc. Le repos du soir était plus que nécessaire et tout le monde ira au lit de bonne heure (encore désolé Eric...)

 

 

Dimanche : Les finales

 

Le temps est au frais, mais il n’y a pas eu d’averses de la journée.

La piste put donc sécher doucement, mais de grosses plaques glissante subsistait encore toute la journée.

 

Laurent fut donc le premier à partir du fond de classement, dans son 32eme de finale, à 8h30.

Il ne pourra pas défendre ses chances car il sera victime d’une perte radio dès la deuxième minutes, et finira contre la balustrade en béton dans l’épingle du comptage : Train avant éclaté et platine radio (perso) en deux... Journée terminée pour Laurent...

 

Joël partira à 9h30 pour son 8ème qu’il survolera en finissant facilement premier, collant deux tours à son poursuivant direct. La piste est sèche, on retrouve le vrai niveau du Jojo!

Il eu malheureusement moins de chance en 1/4 ou il finira sa ligne droite dans les balustrades, y laissant un demi train avant et un demi train arrière...

 

Thomas s’élancera ensuite pour sa demi. Un gros problème de radio lui fera demander un report. Son émetteur est HS (problème de fixation d’antenne). Thom Eytard lui prêtera son émetteur pour qu’il puisse rouler. Mais se dernier ouvre trop rapidement en grand le carbu et Thom a quelque mal à maintenir sa GPX4 à la relance., ce qui lui vaudra de magnifiques accélérations de travers, et un éclatage de sa butée à bille. Il assurera la troisième place de sa manche malgré ses soucis, et sera qualifié pour la finale.

 

Mick P. ne remontera pas de son ¼. Ca ne passe pas de quelques secondes… Dommage. Il finira donc 26ème.

 

Ce fut ensuite ma demi. Départ un peu mouvementé avec évidement un concurrent qui me mets de travers. Quelques tours pour me mettre la piste dans les pâtes (premier tours de roues sur le sec, ça change du début de week-end !), et gaz ! J’assure sur la piste en remontant tranquillement et sûrement, et mes mécanos assurent à fond dans les stands (Merci Thom et Néric !!). J’assure la  deuxième place tranquillement avec un tour d’avance sur le troisième, et me retrouve donc en finale.

 

Mick Derderian, Thom Eytard et Eric se retrouvent dans la même demi. La question des pneus se pose, car la piste est quasi sèche et le soleil commence à la chauffer.

Ils décident de partir en 37, comme moi sur ma demi.

Malheureusement, ce ne fut pas le bon choix, et eurent tous les trois des problèmes de grip, avec des voitures qui ont tendances à partir en casquette. Eric arrivera même à décoller un pneu de sa jante sur la moitié de la largeur (il en avait déjà déchirer un pendant les tours de chauffe…)...

Les trois comparses s’arrêtent donc en demi.

Thom finira à la 15ème place, Eric à la 14ème, Mick D. à la 20ème.

 

On retrouve ensuite Jean-Lo et Thom Chambion en finale promo.

La tension se fait ressentir et Thom en fait les frais. Quelques erreurs de pilotage au départ, peut-être dues également au fait qu’il roule encore avec l’émetteur de Thom E.

Jean-lo gère devant mais commet quelques fautes, et son châssis n’est plus aussi performant qu’en qualif. Il s’en suivra une grosse bagarre avec Pied Pascal, mano à mano durant toutes la finale. Une ultime faute dans les dernières minutes lui fera perdre définitivement la première place, et terminera deuxième à moins de 4 secondes du premier.

Thom après son départ chaotique mettra les bouchées doubles pour revenir sur la tête de course, mais eu encore des soucis... un pignon de première baladeur, un clips de carrosserie qui est allé rejoindre le pignon, un calage au plein... Malgré tout cela, il remontera tout le monde un à un et finira dans le même tour que les deux leaders, à la troisième place. Dommage...

 

Ce fut ensuite ma finale.

Je décide de partir en pneus dur (42) et de petite taille, pour lutter contre les casquettes.

Ca a l’air de tenir pendant les essais. Mais ce n’était pas assez performant... Mes concurrents sont apparemment partis en 40, et ont beaucoup plus de directivité. Par-dessus cela, un pilote conduisait avec sa radio derrière la rambarde, ce qui me cachait tout le coté gauche de la piste: l’épingle du comptage, l’entrée et le pif paf de la ligne droite et l’entrée des stands. Pas facile de placer la voiture à l’aveugle... J’ai eu beau demander qu’il remonte sa radio, il n’as pas l’air d’avoir entendu quoi que ce soit... Et je n’ai pas eu l’idée de me déplacer du podium, c’était tout bête... Je finis quand même cinquième, uniquement grâce au soucis des autres pilotes, mais bon, c’est la course et le résultat est bien là !

 

 

La finale des élites fut comme d’habitude superbe. Ces gars-là sont vraiment costauds (ils tournent pas à la bière eux !)...

 

Remises des coupes et trophées à 19 heures, et retour sur Lyon.

 

L’AMCA repart donc d’Evry avec un pole man et deux pilotes sur le podium en promo, et une cinquième place en National.

 

Voila en gros tout ce qui s’est passé ce week-end, et tout ça dans un esprit de délire total (j’ai mal au ventre tellement on s’est fendu la poire...).

 

Je vous ajoute quelques photos, de moi ou de Raoul (pas eu trop le temps d’en faire...), dispo dans la rubrique photos.

Une vidéo sera peut-être aussi un jour dispo (le temps de la récupérer et de la monter) 

                                                                                    

On se retrouve tous à Grenoble dans un mois. Et si ça vous tente de nous rejoindre, n’hésitez pas !!!

 

 

 

                                                                                              JPM

 

 

 

PS : C’est pas un résumé mais un roman. Je n’ai jamais su faire court, demandez à ma chère et tendre wink.

PS2 : Encore désolé Eric …

 


Date de création : 28/02/2006 : 09:54
Dernière modification : 29/01/2007 : 11:24
Catégorie :
Page lue 4428 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

^ Haut ^

Tous droits réservés AMCA

Site optimisé pour un affichage en 1024*768


  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL